Florian Bertho, un graphiste devenu soudeur industriel

Aimant crayonner, Florian se dirige vers une école de graphisme. Il y passera 5 ans, à se former à l’histoire de l’art, au dessin, à la typographie.
A côté il a un petit boulot les week-ends, qui lui permets de payer son loyer.
Sorti d’école il enchaîne les missions en tant que freelance, d’abord à Paris puis à Clermont-Ferrand. Il se retrouve, pendant 6 mois, à enchaîner des semaines de travail à Clermont-Ferrand, et des week-ends de travail à Paris.

Ereinté par ces allers-retours, et loin de ses proches il fini par revenir sur Paris où il se pose pour réfléchir à ce qu’il a envie de faire. Le travail d’une matière l’a toujours attiré, le métal en particulier. Il décide de quitter le domaine artistique pour aborder le métal sous un autre angle, l’angle de la soudure industrielle. Peu convaincu par les formations existantes il décide de démarcher directement les entreprises pour en trouver une prête à l’embaucher et le former.

Florian m’a reçu chez lui, et autour d’un café nous avons échangé sur son changement de vie. Sur cette transition d’un métier intellectuel, vers un métier manuel et tout ce que ça implique.


Le déroulé

0min49 : Ce que je fais maintenant, Soudeur industriel
5min41 : Les études de graphisme, mon job alimentaire, le statut de freelance
12min18 : La changement de projet, la recherche d’entreprise
24min20 : L’élément déclencheur

Thibaut Wilk, de l’ergonomie à la réparation de machine à coudre.

Thibaut se retrouve en fac de Psychologie un peu par hasard, mais il découvre très vite que le sujet le passionne, en particulier le domaine de la psychologie sociale.
Après une licence à Strasbourg il fait un premier master recherche à Grenoble, puis un second à Aix-en-Provence où il se spécialise en ergonomie.

Ayant envie de devenir scientifique depuis qu’il est tout petit il recherche une thèse.
Mais les mois passent et ses recherches restent infructueuses, il occupe son temps en faisant de la broderie et des missions courtes en ergonomie. Jusqu’au jour où le sujet idéal arrive, il postule et là c’est la dégringolade. L’entreprise lui signifie qu’à 26 ans, il est considéré comme trop vieux pour faire une thèse. Il est forcé et contraint de renoncer à son rêve, qu’il poursuit depuis sa première année de faculté.

Thibaut m’a reçu dans sa boutique, nouvellement ouverte, à Saint-Cannat, à côté d’Aix-en-Provence.
Entouré de machine à coudre, à vendre et à réparer, de fils et de tissus, Thibaut m’a raconté son parcours, les épreuves qu’il a surmonté, ceux qui l’ont aidé et conseillé.


Le deroulé

0min56 : Ce que je fais maintenant, Brodeur et réparateur de machine à coudre
2min56 : Les études de Psychologie
15min40 : La recherche de thèse et le « dernier clou dans le cercueil »
23min52 : Reprendre une boutique de machine à coudre ?!

Raphaël, de l’Assemblée Nationale à la relation client

Printemps 2017 Raphaël a du temps libre entre ses deux diplômes. Il se dit que c’est l’occasion rêvée de participer à un événement unique, la campagne présidentielle. Il sollicite les équipes de Campagne et est repéré par l’équipe de Jean Lasalle qui lui propose de devenir l’aide de camps du candidat.

Cette première expérience se révèle concluante, et le courant passant bien  avec Jean Lasalle, ce dernier lui propose de devenir son attaché parlementaire.
A partir de ce moment, la situation se dégrade, c’est en effet une chose d’être bénévole, s’en est une autre d’être attaché parlementaire.
Au bout de deux ans, Raphaël se décide à poser sa démission pour retrouver une situation professionnelle plus normale.

Raphaël m’a reçu dans son salon un soir de semaine. Nous avons échangé et discuté sur la campagne présidentielle, l’aventure qu’il a vécu avec ses hauts et ses bas, ses désillusions et soucis de santé. De sa démission et de sa reconversion.


Le déroulé :

0min40 : Ce que je fais maintenant, Customer Success chez Kameleoon
4min51 : La campagne présidentielle, aide de camps de Jean Lasalle
21min21 : Attaché parlementaire et Directeur de Cabinet, l’Assemblée Nationale
29min51 : La fin de la lune de miel, l’élément déclencheur
35min37 : Ce que j’en retire


Retrouvez-nous sur :

Google Podcast
Itunes
Spotify
Youtube

Matthieu kiné et doctorant en neurosciences

Matthieu a toujours aimé apprendre des choses.
Intéressé par le fonctionnement du corps et l’envie de soigner il s’oriente vers des études de médecine pendant lesquelles il va découvrir le métier de kinésithérapeute.

Il s’épanouit dans ses études et après son diplôme dans son travail.
Cependant il se rend très vite compte qu’être juste kiné ne sera pas suffisant pour lui, qu’il risque de se lasser rapidement. Avec l’envie d’aller au bout de l’aventure universitaire il décide de se lancer dans une thèse, en neurosciences, à Limoges !

Par un samedi après-midi Matthieu m’a raconté son parcours, et cette décision qu’il a pris.
Nous avons parlé des réalités des métiers de la santé, de son quotidien de thésard, du fait de quitter ses proches pour aller s’installer dans une autre ville, de ses doutes et de ce qui l’anime.


Le déroulé :

0min55 : Ce que je fais maintenant, la thèse, mais finalement ça consiste en quoi ?

05min29 : Comment j’en suis arrivé là, la lettre oublié, les études de médecine, le rapport au patient

23min00 : Le choix de la recherche, l’envie d’enseigner et d’aller au bout des choses

30min50 : Et pour la suite ?


Retrouvez-nous sur :

Google Podcast
Itunes
Spotify
Youtube

Kelly Robert, de l’industrie pharmaceutique à la chirurgie dentaire

Au quotidien Kelly travaille dans l’industrie pharmaceutique, elle est cheffe de projet et s’occupe du lancement d’un médicament. Investie dans son travail elle ne compte pas ses heures et voyage partout dans le monde pour son boulot. Tout paraît idyllique et pourtant elle tire plus de satisfaction du regard des autres sur son travail que sur son travail en lui même.

Alors elle décide d’arrêter, d’arrêter pour réaliser son rêve d’enfant : devenir dentiste.
Après s’être renseignée, elle quitte l’industrie, et retourne sur les bancs de la fac, pour 5 années d’études, pour devenir, enfin, Dentiste.

Kelly m’a reçu dans son hôpital après une journée avec ses patients.
Installés dans le Hall, environné par les bruits de l’hôpital, Kelly m’a parlé de sa vie, de sa vocation et de sa reconversion.

Nous avons parlé de démission, de la reprise d’étude, des doutes quotidiens et de l’envie qui la pousse vers l’avant.


Le déroulé :

0min42 : Ce que je fais maintenant, les études de dentaire et mon quotidien

03min26 : Comment j’en suis arrivé là, l’engagement étudiant, le boulot très prenant

14min09 : L’élément déclencheur, la sonnette d’alarme, les questionnements, la passerelle

29min50 : Le mot de la fin, fait les plus et les moins, s’entourer et ne pas négliger notre vie perso


Retrouvez-nous sur :

Google Podcast
Itunes
Spotify
Youtube