Thibaut Wilk, de l’ergonomie à la réparation de machine à coudre.

Thibaut se retrouve en fac de Psychologie un peu par hasard, mais il découvre très vite que le sujet le passionne, en particulier le domaine de la psychologie sociale.
Après une licence à Strasbourg il fait un premier master recherche à Grenoble, puis un second à Aix-en-Provence où il se spécialise en ergonomie.

Ayant envie de devenir scientifique depuis qu’il est tout petit il recherche une thèse.
Mais les mois passent et ses recherches restent infructueuses, il occupe son temps en faisant de la broderie et des missions courtes en ergonomie. Jusqu’au jour où le sujet idéal arrive, il postule et là c’est la dégringolade. L’entreprise lui signifie qu’à 26 ans, il est considéré comme trop vieux pour faire une thèse. Il est forcé et contraint de renoncer à son rêve, qu’il poursuit depuis sa première année de faculté.

Thibaut m’a reçu dans sa boutique, nouvellement ouverte, à Saint-Cannat, à côté d’Aix-en-Provence.
Entouré de machine à coudre, à vendre et à réparer, de fils et de tissus, Thibaut m’a raconté son parcours, les épreuves qu’il a surmonté, ceux qui l’ont aidé et conseillé.


Le deroulé

0min56 : Ce que je fais maintenant, Brodeur et réparateur de machine à coudre
2min56 : Les études de Psychologie
15min40 : La recherche de thèse et le « dernier clou dans le cercueil »
23min52 : Reprendre une boutique de machine à coudre ?!

Billy Chevallereau : de la finance à l’artisanat

Ingénieur de formation Billy se lance dans le monde la Finance. Après une première expérience, il décide de sauter le pas et de lancer dans l’entrepreneuriat. Au bout de deux ans, son entreprise ne rencontrant pas le succès escompté, il revient dans le monde de la Finance.

Et puis un soir, dans une soirée, Il rencontre Nadir, qui partage son intérêt pour le béton. Après une soirée à discuter de leur passion, les deux hommes décident de se revoir. Deux semaines après, ils lancent ce qui va devenir French Viking.

Billy m’a reçu un dimanche au Drakkar, l’atelier / show room de French Viking. Entouré de machines et de béton il m’a parlé de son parcours, de sa rencontre avec Nadir, de ses questionnements et de son envie de donner à d’autres, la chance et l’aide qu’il a eu.


Le déroulé :

0min32 : Avant, la finance pour acquérir un cadre et des méthodes

04min58 : Et maintenant, le béton, les projets d’exception, les ateliers grand public, l’incubateur

15min54 : Comment j’en suis arrivé là, un tuto youtube, une rencontre un soir

20min31 : Comment je capitalise, l’importance de trouver des clients rapidement

22min33 : Le conseil, il faut se lancer


L’invité :

https://thefrenchvikings.com


Retrouvez-nous sur :

Google Podcast
Itunes
Spotify
Youtube

Alexandre Pature : d’électronicien à costumier à l’Opéra de Paris

Etudiant indécis Alexandre se cherche, entre étude de lettres et licence d’électronique.
Intéressé par la couture, il se lance dans un BTS industrie des matériaux souples qui ne plaît pas car pas assez tourné vers l’artisanat.

Un soir, alors qu’il va à l’Opéra pour la première fois, il a un déclic en voyant les personnages entrer sur scène. Il vient de trouver sa voie, devenir costumier, concevoir des costumes pour les artistes.

Alexandre nous a reçu dans une petite salle, de l’Opéra Bastille, à côté de l’atelier de couture. Après une visite des coulisses de ce monde méconnu, il nous raconte son quotidien entre couture, costume, rêve et Opéra.


Le déroulé :

0min34 : Avant, l’école d’ingénieur, ma première asso

11min05 : Et maintenant, coudre, retoucher accompagner des artistes,

34min09 : Comment j’en suis arrivé là, voir les personnages sur scène et avoir envie de savoir faire ces costumes

39min07 : Comment je capitalise, comprendre la mise en scène par le vêtement

43min07 : Le conseil, Il faut persévérer.

Marion Drouan : d’attachée de presse à artisan d’art

Attachée de presse de formation, Marion ne se retrouve pas dans le monde de la communication.
Elle décide de sauter le pas et de faire de sa passion pour la décoration, son métier.

Elle intègre l’école la Bonne Graine à Paris et passe un diplôme de tapissier d’ameublement en siège.
Marion nous a accueilli dans son atelier, au sous-sol de sa maison, pour nous parler de sa passion, son métier et nous faire découvrir son monde à travers sa reconversion.


Le déroulé :

1min30 : Avant, ma formation et mes premières expériences

5min30 : Et maintenant, mon boulot, l’artisanat d’art